Découvrez le pays Basque

Visites Culturelles

Partez à la découverte des villages typiques du pays basque et de la Soule. Plusieurs d’entre eux sont classés parmi les plus beaux villages de France. Châteaux, remparts et anciennes bastides vous compteront leur histoire.

De plus, de nombreuses manifestations et fêtes traditionnelles sont organisées dans ces villes et villages, notamment en été pour le plaisir des petits et des plus grands. Retrouvez le calendrier dans « Fêtes & festivals saisonniers».

http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/navarrex-square.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/navarrex-2.jpg

la cité bastionnée

Navarrenx


blason-navarrenxDepuis 2014, la commune a été admise à rejoindre l’association Les Plus Beaux Villages de France. C’est la première cité bastionnée de France.

La devise est: « Se jo t’i vau » (Si moi j’y vais). C’était le nom du plus gros canon de la cité fortifiée

Son origine remonte à 1078.  C’est une place de guerre ainsi qu’une ville frontière.
Soucieux d’asseoir son pouvoir sur la Navarre, Henri II d’Albret renforce la valeur militaire de la cité au XVIème siècle. Après la destruction de la Casterasse par l’armée de Guillaume d’Orange en 1523, il fait construire les remparts actuels par un architecte Italien, Fabricio Siciliano. Constitués par un épaulement de terre flanqué de la muraille, ils font de la cité la principale forteresse de la vicomté. Elle devient ainsi un siècle avant Vauban la première cité bastionnée de France : elle n’a jamais été défaite.



capitale de la Soule

Mauléon-Licharre


ecusson-mauleonC’est une ville entourée de collines. Elle est capitale de la Soule, province du Pays Basque dans le département des Pyrénées-Atlantiques.

Son origine remonte à l’époque médiévale, sa naissance est liée directement à la forteresse jugée imprenable d’où le nom « Lion Redoutable » (Mau/léon). L’esplanade présente aujourd’hui un ensemble architectural remarquable, unique dans le Pays Basque intérieur : la Mairie, la Maison du Patrimoine, et surtout le château d’Andurain, édifice du XVIè siècle classé aux monuments historiques.

Mauléon est considérée comme la capitale de l’espadrille. Son industrie a connu son apogée au début du XXème siècle. Une fête lui est consacrée le 15 août.


http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/mauleon-licharre-c-2.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/laas.jpg

VISITER

Laas


Entre Sauveterre de Béarn et Navarrenx, le village de Laàs, en Béarn, vous accueille toute l’année, mais plus particulièrement lors du week-end de l’Ascension avec le festival des Transhumances Musicales.

Le Château de Laàs se trouve au cœur d’un parc de 12 hectares situé le long des berges du gave d’Oloron. A l’intérieur, vous pourrez y découvrir l’une des plus belles collections d’arts décoratifs d’Aquitaine : tapisseries d’Aubusson, tableaux d’Elisabeth Vigée-Lebrun, Breughel, Rubens, Fragonard mais aussi des porcelaines, faïences et mobiliers.

A l’extérieur, prenez le temps de flâner sur les chemins de son parc enchanteur, entre arbres centenaires, jardins à la française, orangeraie, roseraie, bambouseraie exotique avec vue sur le Gave d’Oloron et en toile de fond les sommets de la chaîne pyrénéenne. Votre promenade se poursuit dans le verger, où sont plantées des variétés anciennes de pommiers, pêchers, vignes et autres pruniers…



la cité médiévale

Sauveterre de Béarn


ecusson-sauveterreSauveterre-de-Béarn
est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Sauveterriens.

À la frontière du Béarn, cette petite cité médiévale construite sur escarpement rocheux bénéficie de sa situation au carrefour de la Soule et de la Basse Navarre. Sauveterre possède d’importants vestiges médiévaux : église Saint-André, tour Monréal, pont de la Légende et restes de fortifications. Au pied de la cité s’écoule le gave d’Oloron.
La ville est une étape de l’une des principales voies de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Lemovicensis (ou voie de Vézelay).

La devise de Sauveterre est : « Saubaterre, boune terre, boune gen ».
Cette devise vient des écrits en occitan de Gaston Fébus, Sauveterre, bonne terre, bonne gens.


http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/sauveterre-1.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/sauveterre-2-1.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/orthez.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/Orthez_Pont-3.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/orthez2.jpg

Capitale médiévale

Orthez


ecusson-orthez

Les habitants sont appelés Orthézien et également Suzannais sur la rive gauche aval (du nom de l’ancienne commune rattachée).

Orthez est une des villes béarnaises qui apparaît le plus anciennement dans l’histoire : des vestiges d’églises datant du XIe siècle sont encore visibles. De 1242 à 1464, Orthez devient capitale du Béarn grâce à Gaston VII de Moncade, vicomte de Béarn. Ce dernier entreprend la construction du Château Moncade, siège de la cour de Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus. Le Pont Vieux est sans nul doute l’œuvre la plus remarquable de Gaston VII Moncade.

Au XVIIIe siècle, Orthez se spécialise dans la transformation des produits issus de la campagne environnante et dans le négoce. Une bourgeoisie émerge. Différentes maisons de négociants et d’artisans alliant des fonctions résidentielles et professionnelles sont encore visibles dans les rues d’Orthez.



la cité du sel

Salies de Bearn


ecusson-salies-le-bearnSelon la légende, un sanglier serait à l’origine de la ville au XVIIe siècle : blessé par des chasseurs, il serait allé mourir dans les marais au milieu des forêts qui recouvraient la région. Les chasseurs l’ayant retrouvé plusieurs jours après dans un bon état de conservation découvrirent à cette occasion que le marais contenait du sel. Le sel était fort prisé à l’époque et une bourgade se forma autour de cette découverte exceptionnelle. Depuis lors, l’emblème de la ville est un sanglier.

En réalité, l’eau, dix fois plus salée que celle de l’océan, est exploitée depuis plus de 3500 ans. On en trouve de nombreux témoignages au musée du sel de Salies-de-Béarn.

Les thermes de Salies-de-Béarn sont réputés depuis le XIXe siècle. De nos jours, la fréquentation touristique est en essor grâce à l’espace de balnéothérapie, au golf et au développement des hôtels, gîtes et chambres d’hôtes.


http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/salies-le-bearn-3.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/salies-le-bearn.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/salies-le-bearn-2.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/st-jean-pied-de-port-12.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/st-jean-pied-de-port-13.jpg
http://chambresdhote-azkena.fr/wp-content/uploads/2016/10/st-jean-pied-de-port-11.jpg

La cité bastionnée

Saint-Jean Pied de Port


ecusson-st-jean-ppSaint-Jean-Pied-de-Port doit son nom à sa situation au pied du port de Roncevaux (alt. 1 057 m), en territoire espagnol. La ville est située au confluent de la Nive et du Laurhibar.

En 2016, la commune a été admise à rejoindre l’association Les Plus Beaux Villages de France. La commune se trouve sur la via Podiensis, l’un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui part du Puy-en-Velay et se prolonge jusqu’au col de Roncevaux et, de là, à Saint-Jacques-de-Compostelle.

La ville a été édifiée au XIIe siècle. L’un des premiers édifices de la ville fut l’église Sainte Eulalie, élevée au XIIe siècle non loin du gué de la Nive; on peut encore voir son portail roman, bien conservé, sur la façade de la maison de retraite Toki Eder, dans le quartier Ugange. Sur la colline dominant la ville, se dressait le château de Mendiguren, dont il est fait mention dès 1191. Au pied du château, Sanche VII le Fort, roi de Navarre construisit au début du XIIIe siècle une ville fortifiée, entourée de remparts aux portes ogivales, encore visibles de nos jours, ainsi qu’une église, incluse dans le système défensif de la place. Les rois de Navarre y firent de fréquents séjours.